Close ×Case Study PDF CX1200e FX1200e Label Products Autres études de cas

Un vigneron qui impressionne

La presse numérique couleur CX1200e et FX1200e Unité de Finition Digitale

Un entretien avec Francis Comberton • Fondateur de la société Speed Etiq

Label on demand

l y a six mois , personne en dehors du petit monde du vin bordelais ne connaissait Francis Comberton, propriétaire récoltant de 17 hectares près du paisible village de Galgon. En dehors du vin, c'est le design et la création artistique qui le passionne. Ayant conçu une forme originale d'étiquette à vin, il a essayé – en vain – de trouver dans sa région un imprimeur capable d'en imprimer des petites quantités à un prix abordable. De ce constat est né un pari audacieux.

Wine Label with CX1200e
C'est parce qu'il n'arrivait pas à faire
fabriquer cette étiquette en spirale
en petite quantité que Francis
Comberton a créé Speed Etiq.

Vous venez de créer votre entreprise Speed Etiq et vous avez investi dans une presse numérique « dernier cri » pour imprimer des étiquettes à vin. Aviez-vous auparavant une formation ou peut-être plutôt une pratique de l'imprimerie ?
Ni l'un ni l'autre. Dans la technologie de l'impression – comme dans celle du vin, d'ailleurs – je suis un autodidacte. Je n'aurais sans doute pas osé me lancer dans le métier d'imprimeur si je n'avais pas vu et apprécié la simplicité de certaines presses numériques. Je parle notamment de la CX1200e de Primera, et encore plus de la toute nouvelle unité de finition FX1200e, que Primera vient d'introduire en Europe.

CX1200e Digital Color Label Printer

Mais on ne se lance pas sur le marché de l'étiquette comme ça, sans préparation ...
Bien sûr j'ai fait mon étude de marché, qui m'a convaincu qu'il y avait dans ma région une demande non-satisfaite; côté technique, les deux jours de formation proposés par la société LPS et son fondateur Pascal Lambert qui a 15 ans d'expérience en étiquettes traditionnelles et qui distribue en exclusivité Primera en France ont suffi.

Vous avez beaucoup de concurrents, surtout là où vous êtes dans le Bordelais. Quel est le « plus » que vous apportez à vos clients ?
Je livre les petites séries, et je suis très, très réactif. Vous n'imaginez pas le nombre de récoltants et de négociants qui recherchent de toutes petites séries pour des prototypes, pour des restaurants, ou pour des marchés à l'exportation. Un de nos clients par exemple exporte des échantillons de son vin dans de nombreux pays et notamment en Chine – eh bien, ses bouteilles partent là-bas munies de nos étiquettes !

Vous avez choisi le numérique pour commencer. La plupart des imprimeurs d'étiquettes commencent avec une rotative typo, flexo ou offset, et souvent avec un équipement d'occasion. Pourquoi ce choix courageux ?
Rien de courageux dans cela. C'est tout simplement parce que je ne suis pas un imprimeur. L'impression numérique est tellement différente que l'on a peut-être même un avantage si on ne connaît pas l'impression traditionnelle.

Wine Label with CX1200e
Francis Comberton utilise le système de finition
numérique FX1200e de Primera afin de découper
sa célèbre étiquette « Spirale » pour son Bordeaux 2005.

Par contre vous connaissez très bien le monde du vin bordelais et cela a dû vous aider, surtout au démarrage de votre activité.
C'est exact, et la bouche-à-oreille marche bien. Je n'ai pas fait d'actions commerciales de grande envergure, mais mon téléphone n'arrête pas de sonner et j'ai tous les jours de nouveaux clients. Ce sont principalement des viticulteurs, mais j'imprime aussi des étiquettes pour pièces automobiles et pour produits cosmétiques !

Vous êtes tout de même limité aux petites séries. Dès que votre client passe à des quantités de 10 000 ou 100 000 étiquettes, vous le perdez ?
Avec une série de 10 000, non. La CX1200e tourne entre à 5 m/minute avec une résolution maximale de 2400 dpi et en largeur maximum de 216 mm je peux sortir 10 000 étiquettes à vin en une demi-heure. Pour des séries plus importantes c'est sûr que l'impression traditionnelle est moins chère. C'est pour cela que j'insiste que nous complétons l'offre des imprimeurs traditionnels, nous ne sommes pas concurrents.

Racontez-nous l'histoire de votre étiquette « Spirale » que vous avez exposée à Emballage et à Vinitech.
Pour cela, il faut que je vous parle de la finition de l'étiquette. Je vous ai dit que je suis passionné du design : or je ne trouvais personne pour faire ces étiquettes, tellement leur forme est insolite. Quand j'ai vu le système de découpe du FX1200e j'ai tout de suite compris les possibilités. A la place d'une plaque de découpe il y a un dispositif entièrement numérique qui découpe tout ce que l'on veut, - spirales, ronds... et même plusieurs rangs à la fois. Le repérage est automatique et il y a possibilité d'y ajouter un pelliculage. La seule chose qui manque pour moi à ce jour, c'est la dorure. Cependant LPS sort un système de dorure en 210 mm de laize, donc tout est possible. Mais depuis le premier jour j'ai eu un carnet de commandes bien garni.

Grâce à la CX1200e et la FX1200e je peux exploiter un créneau dont beaucoup de mes clients ignoraient l'existence.

Wine Label with CX1200e

Primera Technology Europe: Mainzer Strasse 131, 65187 Wiesbaden/Germany, http://primeralabel.eu , Tél: +49 611 92777-0, Fax: +49 611 92777-50, E-mail: sales@primera.eu

Francis Comberton: 2 lieu-dit Chiquet, 33133 Galgon/France, Tél: +33 5 57 74 38 69, E-mail:info@speedetiq.com, http://speedetiq.com